La tendance de l’uberification ou uberisation des services

Business / Economie

Comment les services mobiles à la demande modifient-ils notre consommation de services ?

Uber a fait quelque chose de très simple : il a créé un logiciel qui vous permettait d’appeler un taxi. Mais il l’a bien fait. En conséquence, Uber est évalué à plus de 60 milliards de dollars (soit un peu moins de 54 milliards d’euros) pour son service d’appel de taxi dans plus de 81 pays ! Et ce changement apporté par le service de taxi a également changé la façon dont le commerce électronique s’attaque à son dernier kilomètre.

Avant Uber, il y avait des taxis. Avant Uber, dans de nombreuses villes, on pouvait héler des taxis. Alors, c’est quoi la grosse affaire avec Uber ? La réponse courte à cette question est que Uber :

  • a identifié un service,
  • qui faisait déjà l’objet d’une forte demande,
  • et a ajouté une couche de technologie,
  • facilitant ainsi la consommation,
  • prévisible,
  • et standardisée.

Si vous relisez les six points, vous vous rendrez compte que nous aurions aussi bien pu parler d’un autre type de service, et non de taxis. Et c’est là que le concept d’uberification a commencé.

Qu’est-ce que l’uberification et pourquoi un tel engouement pour ce système ?

L’uberification des services, ou uberisation des services comme on l’appelle parfois, consiste à s’adresser à un marché qui est :

  • géographiquement local ou hyperlocal,
  • fragmentée, avec de nombreux petits fournisseurs,
  • caractérisés par une expérience client imprévisible.

Puis vient une start-up qui crée une plateforme qui :

  • répertorie les fournisseurs de services,
  • permet d’y avoir accès,
  • facilite la réservation du service,
  • standardise l’expérience et les prix.

Il est évident que c’est une bonne chose pour les consommateurs. Il n’est donc pas étonnant qu’il y ait une forte augmentation du nombre d’entreprises locales qui adoptent un modèle semblable à celui d’Uber.

Quels sont les services qui deviennent uberisés/Uberifiés ?

Bien qu’il n’y ait aucune limitation aux services locaux qui peuvent adopter le modèle Uber, ceux qui ont pris la tête sont les fournisseurs de services de :

  • beauté : les services de beauté et de bien-être peuvent être regroupés dans le format « à votre porte », utilisant ainsi presque littéralement le modèle Uber.
  • livraison : c’est l’un des secteurs où les villes densément peuplées du monde entier ont connu une forte augmentation du nombre de start-ups Uberifiés. Contrairement à la pizza, qui a toujours été livrée à domicile, vous pouvez maintenant vous faire livrer presque n’importe quoi à la maison. Elle a été rendue possible grâce à des flottes de véhicules qui travaillent sur des algorithmes de routage assez scientifiques. Ceci a rendu possibles des échéanciers de livraison déterministes.
  • restauration : il y a quelques années encore, vous vous demandiez si votre restaurant préféré livrait la nourriture à la maison. Maintenant, c’est en grande partie un faux-problème, car une personne ou une autre vous apportera de la nourriture de ce restaurant.
  • santé : qu’il s’agisse de physiothérapeutes, de masseurs, de médecins qui font des visites à domicile, etc. Aujourd’hui, vous pouvez utiliser un outil semblable à Uber pour qu’un prestataire vous rende visite et s’occupe de vos besoins en matière de santé.
  • services à domicile : dans toutes les grandes villes du monde, trouver un plombier, un menuisier, un bricoleur, un électricien, un climatiseur, un mécanicien, etc. a toujours été un cauchemar. Aujourd’hui, il existe plusieurs start-ups Uberisés qui regroupent les fournisseurs de services en un service mobile à la demande et établissent certaines normes de service.
  • transport de marchandises : si Uber s’occupe du transport de personnes, ce n’était qu’une question de temps avant que quelqu’un ne commence un Uber pour louer des camions au lieu de taxis.

SMD (Service mobile à la demande) : La magie de l’uberification

Au cœur de tout service Uberifié se trouve le fait que la technologie vous permet de suivre les commandes, le service, l’emplacement, la livraison, les évaluations, et bien plus encore, en utilisant simplement votre smartphone. C’est la promesse fondamentale de l’uberification. Et l’on peut dire que c’est une bonne promesse. Malgré l’éclatement de l’écosystème des start-up en phase de démarrage, il y a de fortes chances que cette tendance soit là pour rester. Et les entreprises de commerce électronique prospères surfent sur la vague des fournisseurs SMD.